libellés

vendredi 16 septembre 2016

Violences policières : un communiqué de la confédération syndicale Solidaires avec SUD Santé Sociaux

Lire ici ce communiqué paru aujourd'hui

https://www.solidaires.org/Manifestations-loi-travail-une-fois-de-plus-la-police-frappe-aveuglement-et

ou là :

Manifestations loi travail, une fois de plus, la police frappe aveuglément et mutile

Communiqué Solidaires / SUD Santé Sociaux

Hier 15 septembre, aux alentours de 16 h 45 alors que le cortège parisien de la manifestation intersyndicale contre la loi travail finissait place de la République, Laurent Theron, père de deux enfants, 46 ans, secrétaire médical à l’Hospitalisation A Domicile (HAD) de l’unité Albert Chennevier de Créteil (94), syndiqué au syndicat SUD Santé Sociaux de l’AP/HP, a vraisemblablement reçu au visage un morceau d’une grenade lancée par les forces de l’ordre. Malheureusement, malgré les soins prodigués cette nuit à l’Hôpital Cochin, Laurent Theron a perdu l’usage de son œil.
Selon de multiples témoignages, rien ne justifiait de faire usage de la force à l’encontre de Laurent Theron. En effet, celui-ci se trouvait à côté du skate park à l’entrée de la place et discutait comme beaucoup d’autres personnes autour de lui en fin de manifestation. Il n’y avait à proximité aucune action à l’encontre des forces de police. Pourtant les forces de l’ordre ont lancé une charge accompagnée de tirs massifs de grenades lacrymogènes, de grenades désencerclantes et de flash ball. C’est à ce moment là que Laurent Theron a été blessé à l’oeil, son voisin étant lui blessé aux jambes. Dans les images disponibles, une goupille de grenade est parfaitement visible dans le sang de notre camarade. Pris en charge, notamment par les « Street Medic », Laurent a du attendre 55 min avant d’être pris en charge par les pompiers.
L’Union Syndicale Solidaires et la Fédération Sud Santé Sociaux apportent tout leur soutien à Laurent Théron comme aux nombreux-ses blessé-es d’hier et de ces derniers mois. Nous dénonçons avec force l’usage disproportionnée des grenades de désencerclement, lacrymogènes et des tirs de flash ball qui ont fait des centaines de blessé-es, parfois très graves. L’Inspection Générale de la Police Nationale a été saisie dans de nombreux cas, notamment par des militant-es de Solidaires blessé-es alors qu’ils/elles manifestaient pacifiquement. A ce jour, aucune sanction n’a encore été prononcée et le principal responsable de cette situation, le ministre de l’intérieur B.Cazeneuve est toujours en poste.
L’Union Syndicale Solidaires, partie prenante de l’appel Contre l’intimidation technologique des manifestants, pour la liberté d’expression et de manifestation, aux côtés de syndicalistes, avocat-es, écrivain-es, député-es continue à exiger l’interdiction de l’usage des lanceurs de balle et des grenades de désencerclement.
Plus largement, l’Union syndicale Solidaires, avec la CGT, la FSU, le SAF, la LDH, la FIDL et l’UNL demande l’ouverture d’une enquête parlementaire sur les choix opérés par le ministère de l’Intérieur depuis le début de la mobilisation contre la « loi travail » et que les responsables de la mutilation de Laurent Théron répondent de leurs actes.

Paris, le 16 septembre 2016


 

mercredi 14 septembre 2016

Violences policières lors des manifestation contre la loi travail : soixante-six personnes saisisent le défenseur des droits et demandent une enquête indépendante.


Libération en a déjà parlé ainsi que des médias audiovisuel. Voici l'article paru dans Le Monde daté du 15 octobre 2016.
Il serait heureux que nous, Assemblée des blessés, familles et amis, nous nous mettions en rapport avec ce collectif pour coordonner nos efforts.



http://abonnes.lemonde.fr/police-justice/article/2016/09/14/violences-policieres-saisine-collective-du-defenseur-des-droits_4997250_1653578.html

Violences policières : saisine collective du défenseur des droits

Soixante-six personnes demandent une enquête indépendante, se disant victimes de brutalités lors des manifestations contre la loi travail

Alors que les opposants à la loi travail devaient faire leur rentrée lors d'une nouvelle journée de manifestation, jeudi 15  septembre, un épais dossier a été déposé cet été sur le bureau du défenseur des droits, Jacques Toubon.
Il dresse un éloquent inventaire des violences policières essuyées par des personnes mobilisées contre la loi El Khomri depuis leprintemps. Le groupe Défense collective, qui apporte un soutien juridique aux manifestants arrêtés et qui est à l'origine de cette saisine, a  choisi de rendre public le dossier, mercredi 14  septembre, à la veille de la reprise des hostilités.
La politique de maintien de l'ordre mise en œuvre pendant le mouvement social a souvent fait l'objet de critiques, notamment lorsque des manifestants ont été blessés, mais c'est la première fois qu'une démarche collective voit le jour. Au total, ce sont 66  personnes qui ont saisi le défenseur des droits, le 19  juillet, et qui demandent à cette autorité indépendante d'enquêter sur les  violences dont elles ont été victimes.
Le défenseur a confirmé que son pôle " déontologie de la sécurité " s'était emparé du dossier. A  travers les témoignages accumulés, et que Le  Monde a pu consulter, on retrouve principalement des accusations d'usage disproportionné de la force et d'utilisation non réglementaire d'armes, occasionnant surtout des fractures, des brûlures et des contusions.
" Roué de coups de matraque " Dominique B., manifestant de 57  ans, raconte par exemple, photos à l'appui, avoir été atteint par un tir tendu de grenade lacrymogène le 19  mai à Paris. Celle-ci  aurait percuté son tibia gauche, " provoquant une fracture ouverte " qui a nécessité une opération et la pose d'une broche de 33  centimètres.
Un jeune mineur, Arthur D., venu manifester le 9  avril avec sa mère et sa sœur à Paris, dit avoir essuyé un tir de lanceur de balles de défense qui lui a fracturé le nez en plusieurs endroits. Un certificat médical atteste de sa blessure.
Un jeune de 25  ans, Thibaud  M., assure pour sa part avoir été " roué de coups de matraque " le 1er  mai à Paris. Il joint à son récit plusieurs attestations de témoins, un certificat médical décrivant plusieurs hématomes, ecchymoses et éraflures, et une photo parue en " une " du quotidien L'Humanité et où il apparaît au sol tandis que des policiers en civil se ruent sur lui.
Une autre victime, Joël  L., 56  ans, s'est vu délivrer cinq jours d'arrêt de travail après avoir subi  un tir de lance-grenades, en  mai : " Je filmais l'arrestation d'un jeune homme lorsque des CRS m'ont visé délibérément ", -décrit-il.
"Volonté d'humilier " Pour l'avocat Raphaël Kempf, qui a l'habitude de défendre des manifestants interpellés, " on a vraiment le sentiment d'un usage quasi systématique de la violence, avec souvent la volonté d'humilier ". C'est par exemple ce qu'a vécu Yves M., un manifestant de 38 ans. Lors d'un contrôle d'identité, en juin, à Paris, des policiers lui auraient répété qu'ils allaient lui " casser la bouche ", l'auraient traité de " caillasseur de pères de famille " avant qu'un agent ne procède à  une fouille très intrusive : " Il me palpe le sexe, le malaxe plusieurs fois ", dit Yves M., qui finit " en sanglots ". Ses affaires personnelles auraient également été jetées à terre et son téléphone portable fouillé avant d'être piétiné.
" On a aussi des témoignages qui mettent en évidence la façon dont les manifestations ont été encadrées, ou plutôt réprimées, avec des charges intempestives sans sommation ou un usage excessif de gaz lacrymogènes ", ajoute un membre de Défense collective, qui a réalisé plusieurs appels à témoignages.
Marie-Christine K., 55 ans, explique ainsi avoir participé à la manifestation du 5  juillet à Paris et avoir été " encagée " ou " nassée  pendant plus de trois heures sur le pont de la Concorde ". Elle ajoute avoir remarqué " qu'aucun CRS ou gendarme mobile ne portait de matricule ".
C'est d'ailleurs un point qui apparaît à plusieurs reprises dans les témoignages selon lesquels des forces de l'ordre ne respectent pas l'obligation de port de leur matricule. De nombreuses captures d'écran de vidéos ont été jointes à la saisine du défenseur des droits, qui en attestent. On peut y voir notamment des policiers qui interviennent sans brassard permettant de les identifier. Certains ont le visage totalement dissimulé par un casque ou une cagoule. Ces images montrent aussi des scènes au cours desquelles les forces de l'ordre semblent interpeller des manifestants sans que ceux-ci ne présentent une menace ou s'en prennent à  des journalistes.
Parmi les 66  victimes qui ont saisi le défenseur des droits, neuf ont aussi déposé une plainte auprès de la police des polices, l'Inspection générale de la police nationale. La démarche auprès de Jacques Toubon " vise à solliciter une autorité indépendante qui ne soit pas la police des polices ou le procureur de la République, qui travaille souvent avec les policiers, explique Me Kempf. Le défenseur a des pouvoirs d'enquête, il peut auditionner des policiers ou des témoins, se faire remettre des documents. Et il peut faire des recommandations ou demander des sanctions s'il constate des manquements à la déontologie ".
Julia Pascual

lundi 11 juillet 2016

Beaucoup de monde avec l'Assemblée des blessés, au rassemblement estival de Notre-Dame-des-Landes

Beaucoup de monde au débat sur les violences policières ce dimanche midi 10 juillet 2016 au rassemblement de Notre-Dame-des-Landes, trop de monde si bien que le public s'est accumulé en dehors du chapiteau.
Merci aux amis de Paris et de Montreuil qui ont fait le déplacement. Amitiés aux street-médics.
Au stand de l'Assemblée des blessés, nous avons fait de belles rencontres et vendu tous nos exemplaires du livre L'arme à l'œil.



mercredi 6 juillet 2016

Plainte collective : l'IGPN saisie, mais non des magistrats indépendants.

Selon Ouest-France de ce matin 6 juillet, nos 11 plaintes ne seront pas instruites par des magistrats indépendants, mais par des policiers.

mardi 5 juillet 2016

"Le maintien de l'ordre à la française n'existe plus". David Dufresne.

"Le maintien de l'ordre à la française n'existe plus". Intéressant entretien du journaliste indépendant David Dufresne, paru ce matin 5 juillet sur le site Bastamag.

http://www.bastamag.net/David-Dufresne-Le-maintien-de-l-ordre-a-la-francaise-n-existe-plus